dimanche 30 septembre 2012

Invisible misère


Il n'y a pas de misère en France ?
Une vidéo pour rire ou s’énerver et un petit texte pour réfléchir…


Un des plus grands dangers qui menace les pauvres en France, après la faim et le froid, c’est l’invisibilité !

La France comptait pourtant en 2010 plus de 8,6 millions de pauvres si l’on utilise le seuil de 60 % du niveau de vie médian (964 euros). Soit un taux de pauvreté de 14,1 %. Et le chiffre n’a fait qu’augmenter depuis (Voir les données de l'INSEE).



Le meilleur des monde, est à l'UMP...

Mais pour certaines personnes, la pauvreté n’existe plus. Voyez plutôt cette interview de M. Balkany, le fameux député UMPami fidèle le l'ancien président Sarkozy.

Balkany piégé par les Yes Men par seldjoukid



Il croit répondre aux questions d’un journaliste d’une chaîne de télé américaine, qui est en fait l’un des facétieux Yes men ! M. Balkany lui affirme tout simplement qu’il n’y a pas de misère en France ! Il concède qu’il y a malgré tout quelques pauvres qui dorment dans les rues, mais il affirme qu’il ne s’agit là que de rares marginaux qui ont choisi ce mode de vie. Non, vous ne rêvez pas ! Et le pire, le pire c’est qu’il croit peut-être ce qu’il dit. Un peu comme lorsque Nicolas Sarkozy prétendait défendre lesystème de santé (en fait il défendait le système de santé de son frère, patron de la mutuelle de santé Malakoff Médéric).

Vous pourrez retrouver le texte de cette mémorable interview, ainsi que des informations précieuse sur ce pathétique politique, sur le blog suivant : Sarkostique

Méfiez-vous de ce que vous lirez sur Balkany sur Wikipedia (par exemple), car ce triste sir a des sbires à son service, spécialistes de la "réécriture".

Lisez cet article édifiant sur Rue89 : "Balkany, spécialiste du vandalisme sur Wikipedia".



Aimer les Tatares, pour être dispensé d'aimer nos voisins.


Pour nombre de nos concitoyens les plus aisés, les pauvres n’existent plus qu’à l’étranger. Et comme ils ont parfois bon cœurs (certains aiment même les animaux), ils adorent se lancer de belles et grandes causes pour soulager la misère du monde. Il ne s’agit pas de nier l’utilité de ces grandes et belles croisades humanitaires (le système économique dominant fait assez de ravages comme ça sur la planète), mais plutôt de s’interroger sur le mal d’invisibilité qui frappe les pauvres de notre grand et beau pays.


Ce mal n’est hélas pas nouveau si l’on en croit l’ami Jean-Jacques Rousseau qui écrivait dans "Emile ou de l’éducation" : «Défiez-vous de ces cosmopolites qui vont chercher au loin dans leurs livres des devoirs qu’ils dédaignent de remplir autour d’eux. Tel philosophe aime les Tartares, pour être dispensé d’aimer ses voisins.» (C'est moi qui souligne).


Il existe encore de ces philosophes, qui chemise blanche offerte à la mitraille des flashs, savent parler à l’oreille des puissants et faire pleurer dans les chaumières, pour mener de glorieuses croisades en terres étrangères contre l’injustice.


Il peut nous arriver pourtant de passer un soir devant des ombres cherchant nourriture dans les poubelles du Monoprix du coin. Et très souvent nous entendons des miséreux demander une pièce dans le métro. Mais l’environnement médiatique qui seul fait foi en matière de description de la réalité, à tôt fait de nous rappeler à de plus criantes misères à l’autre bout de la terre. Alors si nous n’y prenons pas garde, il peut nous arriver de ne plus voir ni entendre cette misère si proche de nous, et ce, peut-être parce qu’elle nous fait peur, parce que l’on sait au fond de nous qu’il suffirait d’un faux pas, « un accident de vie » comme ils disent, pour que nous rejoignons ces invisibles.

Nous savons combien il est devenu difficile pour nos enfants de trouver un emploi. Et même s'ils en trouvent finalement un (après de multiples stages sous-payés), nous savons que leur salaire ne leur permettra probablement pas de trouver un loyer avant longtemps (L’immobilier sert à spéculer, pas à loger des gens, vous ne saviez pas ?). Et ne parlons même pas de l’accès aux soins (27% des Français déclarent avoir reporté ou renoncé à des soins médicaux) ni de nos hypothétiques retraites sans cesses repoussées pour payer les intérêts d’une dette absurde.


Alors qui ose encore voir la misère en France ? Qui ose en parler ? Qui ose la combattre ?


Prenons garde de ne pas laisser ce combat à la pathétique valkyrie du Front National qui sait, elle, que ces pauvres hères ont encore le droit de voter…


Mais j’étais injuste tout à l’heure lorsque je médisais des philosophes. Le très attaqué Michel Onfray a su très bien parler de cette misère qu’il appelle « la misère sale ». Hélas, hélas, mal inspiré selon moi, il a rejoint la meute des philosophes de salon qui se sont lâchés sur Jean-Luc Mélenchon durant la campagne présidentielle. Mélenchon, le candidat qui ne supportait pas la misère...



Le danger de la misère...


Voici ce que disait l’honorable Victor Hugo de la misère :
"Je vous dénonce la misère, qui est le fléau d’une classe et le péril de toutes ! Je vous dénonce la misère qui n’est pas seulement la souffrance de l’individu, qui est la ruine de la société, la misère qui a fait les jacqueries, qui a fait Buzançais, qui a fait juin 1848 ! Je vous dénonce la misère, cette longue agonie du pauvre qui se termine par la mort du riche !
"Législateurs, la misère est la plus implacable ennemie des lois ! Poursuivez-la, frappez-la, détruisez-la ! (...). La misère, comme l’ignorance, est une nuit, et à toute nuit doit succéder le jour."
Victor HUGO : Projet de discours après la visite des caves de Lille en février 1851. Devenu ‘Joyeuse vie’ pièces des ‘Châtiments’.

C’est peut-être en songeant à cela que Paul B. Farrell publia dans l’édition numérique du Wall Street Journal le 16 aout 2011 un article au titre provocateur : « Taxez sur les super-riches ou les émeutes feront rage en 2012 ».



L'argent peut-il tout à présent ?


Certains, malgré tout, voient la misère et en ont peur. Aussi décident-ils, cyniquement de s'en protéger physiquement. C'est ainsi que des quartiers riches de villes américaines, ont décidé de faire sécession ont fondants des villes privées, bien à l'abri de hauts mûrs vidéo-surveillés. Sandy Spring dans la banlieue chic d’Atlanta fut la première ville américaine "à contrat" (suivie très vite par d'autres). De plus en plus de ces villes privées se créent partout dans le monde. Nous avons en France une ville privée depuis 1967, Port Grimaud).

L'argent peut-il vraiment donc tout à présent ? Une caste ploutocrate peut-elle vraiment s'épanouir ainsi vergogne à l'abri d'oasis fortifiées ?

Il y a eu les murs de la honte, séparant les peuples, comme celui de Berlin autrefois et celui de Palestine de nos jours. A présent va-t-il y avoir des murs séparant les riches des pauvres ?



Misère de misère…


Bertrand Tièche

mercredi 5 septembre 2012

Les Shadoks, les pétroliers et les gaz de schiste (Petite fable)

Les Shadoks, les pétroliers et les gaz de schistes (Petite fable)

Tout comme les célèbres Shadoks,… Comment ? Vous ne connaissez pas les Shadoks ? Si c’est le cas, Transitio est heureux de vous les faire découvrir !

Tout comme les célèbres Shadoks, disais-je, les pétroliers ne savent rien faire d’autre que pomper. Pomper le pétrole, pomper le gaz, pomper l’argent...

Raison pour laquelle, alors que les réserves de pétrole et de gaz, dites « conventionnelles », s’épuisent à la vitesse grand V, ces brillants énergumènes ont décidé de pomper ce que tout un chacun considérait jusque là comme « impompable ».

Tant pis si ça fait des saletés, si le métier de pétrolier était un métier propre, ça se saurait !
Ces grands malins que sont les pétroliers-Shadoks, ont par exemple compris qu'avec tout leur argent, ils pouvaient acheter la complaisance d'innocents journalistes, afin de convaincre les récalcitrants des bienfaits des gaz de schistes, voyez ce lien : Gaz de schiste : comment Total & Co travaillent l’opinion

On appelle cela la Shadoko-propagande.

Comme tout le monde le sait, il est en effet impossible de mettre plus de 4 idées dans le cerveau d’un Shadok (voyez la vidéo ci-dessous). Il en va de même pour les pétroliers, 4 idées monopolisent leurs capacités cérébrales :
1/ Pomper
2/ Pétrole
3/ Gaz
4/ Argent

L’équivalent Shadok est la fameuse tétralogie Ga, Zo, Bu, Meu !

N’essayez donc pas de faire entrer par exemple l’idée du soleil, ou pire, du vent, dans la tête d’un pétrolier, ni d’un Shadok !

Voila pourquoi ces nouveaux Shadoks réussiront à convaincre le grand chef Shadoko et ses ministres, qu’il faut pomper les gaz de schiste. Comme le grand chef Shadoko a 2 ou 3 cases de plus dans son cerveau de surdoué, un Shadok pétrolier réussira à lui imposer les idées « emplois » ou « énergie », mais surement pas celle de l’avenir, car les pétroliers, tout comme les Shadoks, se moquent complètement de l’avenir. D’ailleurs, ils ne savent pas ce que c’est que l’avenir, ils n’ont pas de case pour ça.


L'avenir, c'est trop difficile à voir !

Pour ce qui est de l’avenir, il faudra sûrement demander aux Gibis. Comment ? Vous ne connaissez pas les Gibis ? Bon, il est vraiment temps que vous complétiez votre culture générale en regardant la vidéo et en consultant la page wikipedia sur les Shadoks !


Vous avez dit Gibi ?

Voici donc cette vidéo qui vous fera découvrir ce grand mouvement de la pensée du 20 ème siècle (la fameuse "pensée 68") :


 

 



P.S. : Je ne savais vraiment pas où ranger cet article dans Transitio, mais avouez que l'étude de la pensée Shadok vaut le détour Wink

Goldman Sachs - Des documentaires pour lui régler son compte ?



Des documentaires pour lui régler son compte. (Si seulement !)


Je vous avais invité en septembre à regarder le formidable documentaire sur Goldman Sachs que diffusait Arte. Regardez ce documentaire, vous disais-je, et cela changera définitivement votre vision du monde ! (Si seulement Smile)
Arte en faisait la présentation suivante sur son site :

"Plus qu'une banque, Goldman Sachs est un empire invisible riche de 700 milliards d'euros d'actifs, soit deux fois le budget de la France. On l'appelle "la Firme", comme dans les romans d'espionnage des années 1980. Après s'être enrichie pendant la crise des subprimes en pariant sur la faillite des ménages américains, elle a été l'un des instigateurs de la crise de l'euro en maquillant les comptes de la Grèce puis en misant contre la monnaie unique. Un empire de l'argent sur lequel le soleil ne se couche jamais, qui a transformé la planète en un vaste casino. Grâce à son réseau d'influence unique au monde, et son armée de 30 000 moines-banquiers, Goldman Sachs a su profiter de la crise pour accroître sa puissance financière, augmenter son emprise sur les gouvernements et bénéficier de l'impunité des justices américaine et européennes."


Mais bon, pas de chance, vous avez loupé la diffusion et la rediffusion ?! Ne désespérez pas, vous pouvez encore acheter le DVD ou la VOD sur le site d'Arte par le lien suivant : http://www.arte.tv/fr/le-film-est-disponible-en-vod-ou-dvd-a-la-demande/6907096.html
Où vous pouvez chercher un peu sur Youtube...Wink


Mais oh bonne surprise ! Voici un autre excellent documentaire sur le même thème !

En effet, comme je me soucie de vous, j'ai trouvé sur Youtube cet autre documentaire de 2010 sur Goldman Sachs. Il est un petit peu moins long que le précédent (48mn), mais tout aussi bien fait.

Je l'ai trouvé sur l'un de ces nouveau site anti-système qui commence à proliférer sur le web. Certains sont réalisés par des ados maladroits mais prometteurs, et d'autres par de vrais pros (je ne parle là que des sites un peu sérieux).

Il faut savoir que de plus en plus de jeunes s'informent plutôt avec ces médias alternatifs que par les "journaux télévisés" de TF1, France Télévision, BFM, etc. Je vous laisse imaginer comment il décideront plus tard de prendre en main leur avenir...
Vous pourrez visionner les vidéos étonnantes de "Mr. Mondialisation", ou les vidéos collectées sur le site "Antisysteme.com", pour vous faire une petite idée.
Mais en attendant, pourquoi ne pas regarder cet édifiant documentaire, qui je n'en doute pas, changera votre vision du monde ? (Wink je suis un optimiste).

Bertrand Tièche (mise à jour du 13/10/2012)


dimanche 2 septembre 2012

Le nucléaire, radieusement résumé par Sophia Aram

Mises à jour au 20/10/2015 :
(1) La page du site de l'Elysée concernant le président "ringard" ayant disparu, j'ai trouvé une page sur un autre site qui a sauvegardé ces précieuses archives. (Hélas c'est le sinistre Robert Ménard sur le sulfureux site Boulevard Volataire, qui a effectué cette sauvegarde).
(2) Le site de campagne de Arnaud de Montebourg n'existe plus non-plus, j'ai donc fait une redirection sur son blog.




Vous l'avez compris, la transition énergétique, le changement, en France, ce n'est pas vraiment pour maintenant. Super Nucléaire est de retour !




La bonne vieille France, celle du concorde, du nucléaire et du Minitel, n'est pas près de laisser place à une nouvelle France.

Nous avons eu pendant 5 ans le retour de la France des années 70 avec le président "ringard"(1), voici le retour des années 80 avec le président "par défaut"...

Il nous faut attendre. Attendre peut-être qu'une génération passe...

A quoi bon écrire encore une énième diatribe sur cette fatale énergie, en brocardant par exemple les propos sur le nucléaire (énergie d'avenir) d'Arnaud Montebourg, notre ministre du redressement productif. 

A quoi bon...
Arnaud Montebourg a déjà oublié qu'il avait appelé à "dépasser le nucléaire" sur son site de campagne (2). Le voici à présent ministre de la "France éternelle".



En attendant, écoutons plutôt cette savoureuse chronique de la délicieuse Sophia Aram, tout y est dit, avec intelligence et humour.

L'humour n'est-il pas, dit-on, la politesse du désespoir ?


Notre ex beau-frère et le nucléaire par franceinter