samedi 19 mars 2011

Atome crochu entre la France et la Lybie

J'ai reproduit sur Transitio cet ancien article que j'avais publié sur le site de la commission énergie EELV. C'est une véritable pépite, convenez-en !


Cette semaine a commencé par une catastrophe nucléaire au Japon et se termine par une nouvelle guerre en Libye.

Nucléaire ? Libye ? Ces deux mots mis ensemble nous ont rappelé deux "amusants" souvenirs, l’un datant de 2007 et l’autre beaucoup plus récent, d’octobre 2010.

En 2007, circulait en effet une nouvelle selon laquelle M. Kadhafi, le nouveau grand ami de la France, cherchait à équiper sa "sympathique" dictature de notre fabuleux EPR.

Nous n’avons pas retrouvé cette info sur le site d’un groupuscule gauchiste mais sur celui de Challenges.fr.


















Voici le lien vers l’article : EPR en Libye : Sarkozy dément, Areva refuse de commenter

Et voici sa copie que nous conserverons précieusement sur notre site, avec la jolie photo de vacances qui l'accompagnait :

13/08/2007

EPR en Libye : Sarkozy dément, Areva refuse de commenter

Le pays voudrait acquérir une centrale nucléaire afin d'alimenter une usine de dessalement d'eau de mer. Un projet à l'origine de polémiques.

Selon Le Parisien/Aujourd'hui en France lundi 13 août, la Libye chercherait, dans ses négociations avec la France sur le nucléaire civil, à s'équiper de l'EPR, le plus puissant réacteur au monde.

Le quotidien qualifie cet éventuel marché, qui lui a été confirmé par un porte-parole du Commissariat à l'énergie atomique (CEA), de "prometteur pour Areva, mais politiquement sensible".

Or, interrogé, Areva n'a pas souhaité commenté l'information de presse. "Nous sommes dans le temps des discussions politiques, qui incombent aux diplomates. Ce n'est pas le temps de l'industrie ou du commercial". Un porte-parole a estimé que les "discussions préliminaires" évoquées sont des "discussions d'informations générales sur la production d'énergie nucléaire".

Le président français Nicolas Sarkozy a, pour sa part, réagi en assurant, à deux reprises: "C'est faux, c'est faux."

D'après l'accord sur le nucléaire civil ratifié le 25 juillet lors de la visite de Nicolas Sarkozy à Muammar Kadhafi, la Libye souhaite s'équiper d'une centrale nucléaire afin d'alimenter une usine de dessalement d'eau de mer. 



"Géopolitiquement irresponsable"

Un souhait qui fait polémique en France, où Jean-Louis Bianco (PS) a déjà jugé que livrer une centrale à la Libye serait "géopolitiquement irresponsable". 

Le gouvernement allemand a également mis en garde son homologue français sur les risques de prolifération nucléaire. Or, Siemens détient 34% d'Areva NP, la filiale d'Areva qui construit l'EPR.

Les ventes d'armes françaises à la Libye, soupçonnées d'avoir servi de contrepartie à la libération des infirmières bulgares, ont déjà fait polémique récemment.



3 milliards

Le coût d'une centrale de type EPR est évalué à environ 3 milliards d'euros. La construction d'une centrale EPR est en cours en Finlande, mais accuse déjà 2 ans de retard.

Areva a également signé un protocole d'accord avec la Chine portant sur la fourniture de deux centrales EPR.

Un réacteur est aussi prévu en France à Flamanville (Nord-Ouest), alors que près de 80% de l'électricité française est d'origine nucléaire.


Plus savoureux encore !

Voici cette info datant du 23 octobre 2010. Il y a 5 mois à peine !

Nous l’avons retrouvée sur le site de RFI en anglais et nous vous l’avons gentiment traduite.

Voici le lien pour vérifier notre traduction : France hopes to build Libyan nuclear power station

Et voici la précieuse retranscription de cet article avec la jolie photo souvenir :


"La France souhaite construire une centrale nucléaire libyennne"


La France espère vendre une centrale nucléaire à la Libye et gagner l’accès à ses réserves pétrolières massives suite à la signature jeudi, d'un partenariat stratégique entre les deux pays.

Une entente de principe, a été signée par le ministre français de l'Industrie Christian Estrosi et des responsables libyens à Tripoli, concernant les secteurs de l'économie et de l'énergie.
Cela signifie que les négociations peuvent ouvrir sur la construction d'une centrale nucléaire, une idée qui a été lancée lorsque le président Mouammar Kadhafi s'est rendu à Paris en 2007 et que poursuivait en vain l'entreprise française Arevadepuis 2009.

La Libye a déjà signé des accords nucléaires avec l'Ukraine, la Russie et le Canada.

Les entreprises françaises veulent aussi avoir accès aux énormes réserves Lybienne inexploitées de pétrole, comme le reste du monde des compagnies pétrolières . La France a un déficit commercial de 1.3 milliards d'euros avec la Libye, principalement en raison des importations de pétrole.

Le président vénézuélien Hugo Chavez a rencontré Kadhafi, le vendredi quand il a fait escale à Tripoli dans le cadre d'une tournée qui le mènera à l'Iran et la Syrie.








Photo AFP / Mahmoud Turkia : M. Christian Estrosi, ministre français de l'Industrie
et M. Mohammad Alahoij ministre de l'Industrie libyenne à Tripoli le jeudi 21 octobre 2010.






Et pour finir par une nouvelle note d'humour, nous avons trouvé cette photo sur un site "d'ignobles" contestataires anti-nucléaires.

















Elle est rigolote non ?



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire